... Le journal
extrait 1 extrait2
Retour





























"Des jeunes gens chantent et animent la salle, poussant une personne de notre groupe à prendre le micro. Se sentant pousser des ailes, c’est tout le groupe qui lui emboîte le pas et se retrouve sur la piste à pousser un chant cévenol. Les danses qui s’ensuivent font un peu oublier le léger tangage du bateau.
Vers 23h00, nous regagnons notre ‘’carré’’, c’est-à-dire notre cabine. Celle-ci comprend deux lits banquettes et un coin toilette, un peu comme dans les hôtels de la marque Formule 1.
La climatisation émet un air froid et nous la stoppons car c’est très désagréable pour dormir. Mais une fois fourrés à l’intérieur du lit, il nous est difficile de rester couverts, non pas parce que nous avons chaud parce que nous y sommes à l’étroit. Et ni le roulis ni le bruit des moteurs n’arrivent à nous servir de berceuse. A cause de cela, nous passerons une nuit blanche…"

2001-2006

"Le départ de Sète

Arrivée à 16h00 au port de Sète. Embarquement à 18h00. A 19h00, départ du navire.
Celui-ci s’appelle le ‘’Marrakech’’. Il est la propriété du roi du Maroc, nous dit-on. Tout un équipage ‘’trié sur le volet’’ est à son bord, beaucoup de serveurs et de personnel. Ils sont sans doute nécessaires pour s’occuper des passagers durant les deux jours de la traversée de la méditerranée.
Cette première soirée à bord, nous assistons à une série de spectacles : un ou deux tours de magie remplacés ensuite par une danseuse du ventre aux longs cheveux blonds – elle dansera une bonne heure, si ce n’est plus. Puis, place au karaoké. "

Contacts Le récit de la mission Le camion L'AUPE